Expressions québécoises

Envie de discuter et de décompresser d'une longue journée, ou de faire une pause après des heures de jeux !
Ici on parle de tout et de rien !!! (évidemment dans le respect d'autrui).
Avatar de l’utilisateur
Infoman
Animateur
Animateur
Messages : 8327
Inscription : 25 oct. 2015, 16:36
Argent en main : Verrouillé
Localisation : Québec, Région de la Mauricie
Animal préféré : Chat, chien, cheval
Âge : 63
    Windows XP Chrome
Genre :
Zodiaque : Sagittaire
Super record : 84
Record : 236
Victoires dans les Défis : 1
Victoires dans les Tournois : 0
Canada

Expressions québécoises

Messagepar Infoman » 01 déc. 2017, 17:41

Lâche pas la patate

L'expression québécoise "Lâche pas la patate" veut dire : ne perds pas courage, tiens le coup.
Il s'agit donc d'une invitation à persévérer, à ne pas laisser tomber et à poursuivre.

... Ex : T'as presque fini, lâche pas la patate, tu vas y arriver!


Avoir de la broue dans le toupet

Au Québec, l'expression avoir de la broue dans le toupet est couramment utilisée tandis qu'en France elle est quasiment inconnue.
Pour comprendre cette expression, il faut savoir que le mot broue est un terme québécois qui désigne de la mousse (et par extension, il peut désigner de la bière).
Le toupet est un mot québécois utilisé pour parler de la chevelure.
Ainsi, avoir de la broue dans le toupet signifie littéralement avoir de la mousse dans les cheveux.

Étonnament, on utilise avoir de la broue dans le toupet pour désigner le comportement d'une personne particulièrement agitée ou très occupée. Lorsque quelqu'un semble être débordé ou très pressé, on peut dire qu'il a de la broue dans le toupet.

Cette expression peut également prendre d'autres sens selon les contextes. De manière plus rare, elle peut désigner le comportement d'une personne qui :
- Connaît une émotIon forte;
- Est très fâchée.

... Prononciation de cette expression : Avoir d'la broue dans l'toupette.


Manger ses bas

Manger ses bas désigne un sentiment de panique face à une situation que l'on ne maîtrise pas, cela procure une grande appréhension.
On peut par exemple dire de quelqu'un qu'il mange ses bas si elle est dans une période difficile qui lui génère beaucoup de stress et qui lui fait adopter un comportement très nerveux.

Plus rarement, cette expression est également utilisée pour désigner le comportement d'une personne lorsqu'elle se retrouve devant une situation d'échec.
Celui qui mange ses bas doit mettre son honneur de côté et ravaler son égo.


Avoir de la mine dans le crayon

Avoir de la mine dans le crayon est une expression québécoise assez drôle car derrière un sens propre évoquant naïvement un outil d'écriture des plus communs, il s'agit en fait d'évoquer une connotation clairement sexuelle.
Avoir de la mine dans le crayon est utilisé pour désigner une vie sexuelle particulièrement intense. On l'utilise pour évoquer le grand appétit sexuel d'une personne de sexe masculin.
On comprend alors à quoi fait référence la mine de crayon !
Cette expression permet d'évoquer une libido très active et de décrire une personne qui s’adonne aux plaisirs sexuels.

... Ex : Charles change de blonde tout le temps, on peut dire qu'il a de la mine dans le crayon celui-là!


Péter de la broue

Il s'agit d'une expression pour désigner le comportement de quelqu'un qui se fait mousser.
C'est à dire quelqu'un qui adopte un comportement de vantard pour se mettre en avant et faire le beau.
On peut aussi dire péter plus haut que le trou (synonyme de péter plus haut que son cul), faire le coq, ou s'écouter parler.

Les Québécois utilisent donc cette expression pour désigner les frimeurs qui essayent d’en imposer en faisant de l’esbroufe durant une conversation.


Parler à travers son chapeau

Attention, parler à travers son chapeau ce n'est pas la même chose que de parler dans sa barbe !
Cette expression québécoise est à prendre au sens figuré, pas besoin de chapeau pour parler dans à travers son chapeau !

Cette expression veut dire parler à tort et à travers, c'est à dire parler de quelque chose que l'on ne connait pas ou mal, sans grand discernement et avec des approximations évidentes.

Cette expression est littéralement calquée sur la langue anglaise (to talk through one’s hat).


Niaise pas avec la puck

L'expression québécoise niaise pas avec la puck fait référence au hockey sur glace.
La puck est également appelé la rondelle, il s'agit du palet utilisé dans le sport nationnal canadien.
Niaiser est un verbe québécois qui signifie faire des blagues ou perdre son temps.
Ainsi, l'expression niaise pas avec la puck veut dire ne pas perdre son temps avec le palet, ou faire quelque chose rapidement sur le terrain. De manière plus large, cette expression au sens imagé, s'applique également à des situations de la vie courante. Elle est synonyme de ne pas tourner autour du pot et appelle l'interlocuteur à réagir rapidement.

... Ex : Enwoye, niaise pas avec la puck et dis moi quelque chose !


Avoir la chienne

Avoir la chienne est une expression québécoise qui peut avoir différents sens :

1 - Synonyme d'avoir peur, cette expression désigne un état d'angoisse ou de crainte.
Ex : Il a pas sauté en parachute car il a eu la chienne.

2 - Synonyme d'avoir la flemme, cette expression désigne une non motivation.
Ex : J'ai la chienne d'aller en cours aujourd'hui, je vais dire que je suis malade.

C'est une expression utilisée couramment au Québec et au Canada.
On la préfère à avoir la trouille ou avoir les chocottes, qui sont plutôt utilisées en France. Vous retrouverez souvent dans la bouche des Québécois.


Cogner des clous

L'expression québécoise cogner des clous est utilisée pour décrire le comportement de quelqu'un qui tente de rester éveillé malgré une fatigue évidente.
En référence au mouvement de balancier inconscient que fait la tête lorsque l'on est trop fatigué, l'expression utilise une comparaison avec le mouvement d'un marteau qui plante des clous.
Il s'agit donc de résister au sommeil, quitte à avoir la tête qui faiblit et tombe involontairement.

... Ex : j'ai pas dormi de la nuit, j'ai passé ma journée à cogner des clous.


Se sécher les dents

L'expression québécoise se sécher les dents est synonyme de sourire niaisement ou faussement.
On comprend bien le sens : on dit d'une personne qui porte un sourire forcé qu'elle se sèche les dents.
Ainsi, cette expression désigne un comportement mesquin ou faux-cul.

Un deuxième sens, moins répandu, est parfois évoqué : cette expression peut également vouloir dire dormir la bouche ouverte.


Avoir une montée de lait

Voici une jolie expression québécoise !
Au sens propre, avoir une montée de lait est utilisé pour parler des femmes enceintes : quelques jours après la naissance de l'enfant, la poitrine de la mère se gonfle et devient douloureuse, il s'agit du processus naturel qui amène à la production de lait maternel.
En référence aux sauts d'humeurs que peuvent avoir les jeunes mamans (à cause des hormones et des douleurs), cette expression est aussi utilisée au sens figuré au Québec : avoir une montée de lait signifie être de mauvaise humeur et exprimer son agacement, son indignation ou son énervement.

... Ainsi, au Québec, un homme peut très bien avoir une montée de lait !


Fou comme un balai

Être content
Qui ne tient pas en place, qui est excité, agité.
Dans un niveau de langage plus vulgaire, on dit aussi "fou comme de la marde"



Publicité

  • Publicité

Derniers 10 Membres qui ont visités ce sujet

Avatar de l’utilisateur
Infoman (20),
Avatar de l’utilisateur
georgesannie (6),
Avatar de l’utilisateur
poussycat (2),
Avatar de l’utilisateur
cerise (1),
Avatar de l’utilisateur
marie22 (1)